blason du Carmel2 Croix de Toulouse



Archives :

« - Les skis ! T’as pris les skis qui étaient dans le hall du couvent ?

- Oui, ils sont déjà dans une voiture ! »

Sur le parking du couvent des Carmes, un vendredi soir d’hiver, une vingtaine de jeunes et un frère carme, chargés de sacs et cartons de nourriture, s’activent entre les voitures. C’est le grand départ pour l’annuel week-end SKI !!  Après avoir bien tassé les affaires dans chaque voiture, le convoi s’ébranle, direction Bagnères de Bigorre ! Là, les Carmélites apostoliques de l’Enfant-Jésus nous accueillent : une grande salle pour les repas et les enseignements, une petite cellule individuelle pour chacun, parfait. Le lendemain matin, réveil matinal pour une belle journée en perspective : ski pour les uns, randonnée en raquettes pour les autres, enseignements sur le thème de la liberté... Ouais, pas sûr, il y a tellement de neige !...

En effet, après le trio nourrissant laudes-messe-petit déjeuner, nous apprenons que les stations de ski sont fermées : trop de neige ! Mais qu’est ce qu’on va faire ? Qu’à cela ne tienne, nous allons tout de même profiter de la neige... d’une autre manière ! Nous prenons les voitures. Que de neige ! Elle a enveloppé le paysage d’un épais manteau blanc et la route est bien couverte : il faut mettre les chaines, indispensable. Pas mal pour un week-end sur la liberté !

Enfin arrivés, nous ne manquons pas d’idées pour les activités : batailles de boules de neige pour les plus taquins, bonnes descentes en luge pour les plus téméraires, sculptures et bonshommes de neige pour les plus posés... Après un pique-nique au chaud dans un café, nous décidons de marcher un peu, la neige s’est arrêtée de tomber et le paysage est tellement beau ! Nous avons de quoi sauter dans la poudreuse, aider des habitants isolés à déneiger leur entrée à la pelle, faire encore de bonnes glissades et même... un pakito !

Après ces bonnes défoulades, il est temps de passer aux choses sérieuses : douchés et réchauffés, nous écoutons le frère Luc-Marie nous apprendre comment « réussir à être libre pour accomplir notre humanité ». Il est vrai que pour nous, jeunes professionnels en quête de sens, poser des repères sur la liberté  de choisir et la liberté d’être est très important. Certes pour se construire et s’épanouir, pour respecter la liberté de l’autre, mais surtout pour creuser notre relation à Dieu... D’ailleurs, nous passons ensuite à la pratique : oraison dans la chapelle des Carmélites. Après les vêpres, nous cuisinons une bonne tartiflette sous fond musical (deux violonistes et une guitariste du groupe nous font profiter de leur talent), que nous dégustons tous ensemble ensuite autour d’une table bien animée ! L’adoration qui suit, avec possibilité de vivre le sacrement de réconciliation, est le point d’orgue de cette journée.

Le lendemain nous allons à la messe paroissiale de Bagnères puis nous rentrons faire oraison. Après le déjeuner nous avons la chance de partager un moment avec les Carmélites qui nous ont accueilli : les éclats de rire sont au menu.  Nous terminons l’enseignement sur la liberté avec possibilité de poser des questions... plein de questions ! Mais il est déjà temps de rentrer et de tout ranger. Et même si le retour à Toulouse est un recommencement du quotidien, nous revenons de ce genre de temps fort un peu plus changés chaque fois !


Archives :




Retour à l'accueil