blason du Carmel2 Croix de Toulouse



Archives :

Le 19 juillet 2017, avec d’autres jeunes venus de France et d’ailleurs, le groupe Nathanaël s’est envolé vers l’Italie pour découvrir le visage du Saint Padre Pio, grand Saint de notre siècle. "S’est envolé" est un bien grand mot, car c'est en voiture qu’ils se sont rendus de Toulouse à San Giovanni Rotondo dans la région des Pouilles. C'est là que se trouve le couvent des capucins où a vécu le Padre Pio, où il a exercé son ministère de prêtre, toujours uni à Jésus crucifié. Tant de mystère entoure cet homme, tant de charismes : stigmates, don d'ubiquité, clairvoyance des âmes, don de guérison, etc. Il faut bien un pèlerinage, guidé par le père Luc-Marie pour apprendre à mieux le connaître et recueillir la sève de son enseignement.

Le pèlerinage commence par 15 heures de voiture. Il faut du courage, mais c'est dans la joie que nous roulons en paix sur les grandes autoroutes du sud de la France, puis sur les autoroutes, moins grandes, et moins en paix, d’Italie. Après quelques virages dans les montagnes, plusieurs chapelets récités, nous sommes accueillis à Arenzano, au sanctuaire du Bambino Gesu desservi par les frères carmes de la province de Gênes. Leur dévotion pour l'Enfant Jésus est très grande. Lors de la visite, ils nous partagent leur amour de ce petit Roi avec flamme et passion. Après un repas partagé avec la communauté, avant de se coucher, nous décidons de découvrir la première ville italienne de notre voyage en allant nous balader au bord de mer car le couvent des carmes est à deux pas du rivage.

Le premier jour se passe plutôt bien, mais le deuxième jour, à la hauteur de Florence, un incendie de forêt nous oblige à quitter l’autoroute et nous retarde d’au moins 4 heures. Malgré cela, les paroissiens de Benevento nous ont attendu et servi un repas digne des plus grands restaurants italiens : mozzarella, pasta, et même le gâteau de pâques spécialité de la région : la Pasqualina. Quel accueil ! Nous avons même eu droit à une danse des jeunes de la paroisse, tellement heureux de rencontrer des pèlerins du Padre Pio pour lequel la ville a une très grande dévotion.

Le Padre Pio a été ordonné à la cathédrale de Benevento. Faisant le tour de l’édifice religieux, nous découvrons près du chœur une magnifique statue ainsi qu’une relique d'un de ses gants, destinés à cacher ses stigmates. Ceux-ci sont des plaies mystérieuses semblables à celles du Christ crucifié, dont le Padre Pio était marqué sur les mains et les pieds. Il les a gardés pendant 50 ans, de 1918 à 1968 sans qu’ils se referment, sinon tout de suite après sa mort. Tous les fidèles qui ont côtoyé et approché le Padre Pio ont été impressionnés par ce signe visible de son union au Christ crucifié, particulièrement pendant les eucharisties qu’il célébrait, car il revivait chaque fois la passion du Christ. Ses messes étaient un mémorial vivant de Jésus crucifié. Nous avons été très touchés et bouleversés par le témoignage du Padre Pio. Ce n'est donc pas sans émotion que nous avons repris le chemin, pour aller tout droit à Pietrelcina, village natal de Francesco Forgione, futur Padre Pio.

Quelle joie pour nous de pouvoir célébrer la messe dans la petite église où allait se réfugier Francesco, où il priait de longues heures, où il a reçu de grandes grâces et plusieurs visions ! Nous prenons le temps de prier puis en sortant, après un pique-nique pris dans une salle paroissiale, nous visitons le village sous une chaleur accablante. Les rues sont vides car à 15 heures, la température est vraiment très haute et tout le monde reste chez soi. Mais nous bravons la chaleur.

Malgré elle nous nous engageons sur le petit chemin de montagne que le Padre Pio empruntait tout jeune pour aller garder les brebis sur les hauteurs de Pietrelcina. Tout en marchant nous récitons le chapelet. Au bout du chemin se trouve maintenant une petite chapelle, où le Padre Pio a reçu les premiers stigmates. Là, nous chantons les vêpres et prions tous ensemble aux intentions de chacun.

Après cela, nous reprenons les voitures pour nous rendre au couvent des franciscains de Biccari, où deux frères nous attendent avec un repas gargantuesque. Le lendemain, après le topo donné par le père Luc-Marie sur la vie du Padre Pio, nous partons pour San Giovanni Rotondo ...

Quelle arrivée ! Tandis que la petite ville commence à peine à se dessiner au loin, se détachant légèrement du fond très sec et très jaune du pays, nous pouvons apercevoir l'immense hôpital fondé par le Padre Pio : la Casa Sollievo della Sofferenza. En français : « la maison de soulagement de la souffrance ». Il s’agit d’un magnifique hôpital à la pointe de la technologie médicale qui vit de dons généreux et accueille de très nombreux malades dans une charité et une foi fervente. Les couloirs sont jalonnés de statues du Padre Pio, de Jésus, de sainte Marie. L'hôpital est doté d’une jolie chapelle et d’une grande église.

Juste à côté de l'hôpital se trouve le couvent des capucins où vécut le Padre Pio avec deux églises contiguës : l’ancienne et la nouvelle. Puis au fond d’une immense esplanade s’élève une grande basilique moderne inaugurée il y a peu de temps, laquelle abrite le corps conservé du Padre Pio. La visite guidée nous fait découvrir toutes les subtilités de l'architecture, ainsi que le magnifique couloir orné de mosaïques décrivant la vie du Padre Pio en parallèle avec celle de saint François d'Assise. Ce couloir en colimaçon s’achève sur une somptueuse chapelle entièrement recouverte de feuilles d’or et de mosaïques rutilantes figurant la vie du Christ auquel le Padre Pio fut configuré dans son âme et dans son corps. C’est là qu’il est exposé.

Dans cette chapelle nous confions nos intentions au Padre Pio, afin qu'il intercède en notre faveur auprès de Dieu. Nous restons trois jours à San Giovanni Rotondo, logeant dans un hôtel très accueillant, avec une chapelle où nous pouvons chanter les offices de la liturgie des heures, célébrer les eucharisties et vivre une adoration nocturne, malgré la fatigue accumulée. Nous sommes bien nourris à tous les plans : spirituel et physique ! En Italie on mange bien, même très bien !

Étant dans les Pouilles, nous gravissons tous ensemble jusqu’au sommet du Mont Chauve où la vue est splendide et domine toute la région. Après avoir monté un autel de fortune avec des pierres, nous célébrons une très belle messe, entourés de moutons et d’innombrables cailloux.

Le dernier jour nous visitons le Monte Sant'Angelo, un haut lieu de pèlerinage où l'archange Saint Michel est apparu par trois fois à l'époque du moyen âge. Après cette visite nous partons faire une baignade mémorable dans l'Adriatique, au milieu des vagues dans une mer d'un vert émeraude à rester pantois. Et enfin, clou de la journée : un dîner pizza et spécialités locales, partagé sur la terrasse d'un restaurant de Monte Sant'Angelo.

Le pèlerinage se clôture à San Giovanni Rotondo. Nous prenons une photo de groupe pour remercier Giuseppe qui n'a pas pu être des nôtres alors qu’il nous a bien aidés à préparer le pèlerinage. Puis nous remercions chaleureusement Alexis le gentil et très débrouillard organisateur, ainsi que le père Luc-Marie pour son animation et son accompagnement spirituel sur les pas du Padre Pio.

Certains restent pour continuer leurs vacances en Italie, d'autres rentrent en avion et le reste du groupe reprend les voitures faisant étape au couvent des carmes de Bocca di Magra, implanté en surplomb d’une magnifique baie. Là nous passons notre dernière nuit ensemble. Le lendemain nous retrouvons la France et le soir même, Toulouse !

Merci à tous pour ce magnifique pèlerinage ! À très bientôt.


Archives :




Retour à l'accueil