blason du Carmel2 Croix de Toulouse



Archives :



VIVRE OU REVIVRE LA VEILLEE DE PRIERE

POUR LA SAUVEGARDE DE LA CREATION

4 OCTOBRE 2017

Le récit qui suit raconte la veillée qui eut lieu le 4 octobre pour la sauvegarde de la création. Il peut permettre de vivre ou de revivre le cheminement qu'elle proposait. En effet, il est possible de prendre un temps de prière, seul ou à plusieurs, suivant ce cheminement. Les textes de la veillée et l'enregistrement de la prédication sont disponibles en téléchargement, plus bas sur cette page.

Contexte de la veillée :

Depuis 2015 a lieu dans l'Eglise Catholique, selon le vœu du pape François, le « temps pour la création ». Ce temps privilégié pour l'écologie chrétienne se déroule, comme cela se faisait déjà auparavant dans les églises orthodoxes et protestantes, du 1er septembre (jour où est traditionnellement fêté la genèse du monde dans les églises orthodoxes, désormais « journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création » dans l'Eglise Catholique) au 4 octobre, jour de la fête de saint François d'Assise.

C'est en clôture de ce temps qu'avait lieu la veillée.

Introduction à la prière pour la sauvegarde de la création

Nous commençons par un chant à l'Esprit Saint.

Puis introduisons les intentions de la veillée : La sauvegarde de la création est un sujet parfois délicat, voir douloureux. Il est bon que nous ayons l'occasion de nous mettre ensemble face à Dieu avec cette question et de lui demander de nous aider et de nous éclairer.

La démarche de la veillée se décompose en trois temps :

- un temps pour l'émerveillement

- un temps pour la pénitence

- un temps pour la conversion

Si vous désirez télécharger les textes lus pendant la veillée il vous suffit de cliquer sur la petite icône PDF ci-jointe :



Notre première prière face à la considération de la création est une louange à son créateur.

Face à la vision de la création, à tant d'harmonie et de beauté, nous commençons par nous écrier « Loué sois-tu ».

Création qualifié parfois de « premier évangile » tant elle porte la marque de son créateur, et dont l'écriture est remplie. « L’homme ne saurait apercevoir l’ordre qui règne dans la création, sans éprouver quelque chose de la joie d’un fils qui retrouverait la trace de son père.» (Frédéric Ozanam)

Pour évoquer cette beauté, s'en émerveiller, et inviter à la louange, musiciens et peintres présentent un spectacle visuel à partir du récit de la création dans la Bible, tandis que le cœur de l'église est décoré avec de multiples branches et feuillages.

Pendant qu'est lu le premier chapitre de la genèse, les artistes peignent le récit, tandis que ce que font leurs mains sur le papier est projeté sur un grand écran.

Des musiciens accompagnent leurs gestes avec différentes musiques, une pour chaque jour du récit.

« Dieu dit : « Que la lumière soit. » Et la lumière fut. »

« Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux, et qu’il sépare les eaux. »

« Les eaux qui sont au-dessous du ciel, qu’elles se rassemblent en un seul lieu, et que paraisse la terre ferme. »

« Dieu fit les deux grands luminaires : le plus grand pour commander au jour, le plus petit pour commander à la nuit »

« Que les eaux foisonnent d’une profusion d’êtres vivants, et que les oiseaux volent au-dessus de la terre, sous le firmament du ciel »

« Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce,  les bestiaux selon leur espèce, et toutes les bestioles de la terre selon leur espèce. »

« Il les créa homme et femme »

« Le septième jour, Dieu avait achevé l’œuvre qu’il avait faite »

Notre émerveillement se prolonge par un chant du cantique des créatures de Saint François d'Assise dont c'est alors la fête, lui qui a vécu si intensément dans cet esprit d'émerveillement et de louange.


La reconnaissance de la création comme un cadeau s'est faite à partir de la parole de Dieu : dans la première partie de la veillée le récit de la genèse a guidé. Pour la seconde partie de la veillée nous écoutons le prologue de l'évangile de Saint Jean, nous introduisant au mystère de l'incarnation.

Le frère Maximilien-Marie nous invite à approfondir le texte qui suit et que vous pouvez écouter en cliquant sur la petite icône MP3 ci-jointe :



"La parole du père accompagne la création. Le créateur n'abandonne pas son oeuvre : Il a créé par sa parole, il féconde par sa parole, il accompagne par sa parole. Parole vivante inscrite dans son oeuvre, parole éternelle, tellement aimante qu'elle s'incarne."

"Le monde n'est pas issu des ténèbres et de l'absurde, il jaït de l'intelligence, de la liberté, de la beauté, de l'amour de Dieu. S'il est si beau, s'il nous touche autant, s'il est si grand, s'il est si transparent c'est parce qu'il nous révèle la présence de Dieu, créateur, et la parole qui le porte.

Et nous petites créatures humaines nous sommes au centre de cette oeuvre, comme placé au coeur. Chacun de nous porte en lui le souffle de Dieu, en chaque homme se rejoignent le ciel et la terre.

Ne nous lassons pas de contempler cette oeuvre splendide. Le vrai regard écologique est un regard contemplatif de cette splendeur qui unit Dieu, la création et l'homme qui s'accompli dans le Christ."

Puis il nous invite à la considération de nos péchés portés "contre le monde dans lequel nous vivons" pourtant splendide.

"Cette splendeur nous sommes en train de la massacrer. Il faut bien admettre que chacun de nous a sa part de responsabilité, même passive, en participant à cette société de consommation qui ne se lasse pas de jeter, de détruire. L'objectif n'est pas de faire la liste de toutes ces erreurs, de tout ce qu'il faut bien appeler des péchés … mais plutôt demandons-nous pourquoi, comment l'homme en est-il arrivé à ce point, à ce non-sens ?"

"A l'origine du drame qui nous rassemble ce soir, il y a le refus de l'homme de rester à sa place, le refus de l'homme d'être simplement l'ami de Dieu et sa prétention d'être Dieu. Il veut être le maître du nouveau monde, celui qui déclare le bien et le mal à l'aune de sa propre puissante, et il se laisse griser par ses propres capacité, par la technique et tout ce qu'il peut, il le déclare bon, et il le fait.

Ce faisant, il détruit, il détruit sa relation avec Dieu, il détruit sa relation avec la nature qu'il est entrain de briser, et comble de l'ironie, il se détruit lui-même. "

Vient le temps de la conversion :

"Il est temps de nous convertir. C'est la nature qui tire la sonnette d'alarme, et qui crie à l'homme "non tu n'es pas dieu, retrouve ta place avant qu'il soit troptard, convertis toi". Bien sûr cela passe par tous les petits gestes concrets, ce serait déjà le signe d'un changement de mentalité, tout ça est nécessaire, mais ça ne suffit pas. Il faut aller au noeud du problème. Je vous cite le saint père : "Les hommes ont besoin d'une conversion écologique qui implique de laisser jaïr toutes les conséquences de leur relation avec Jésus Christ sur les relations avec le monde qui les entoure."

"Il nous faut retrouver le créateur, retrouver sa parole créatrice, vivante, celle qui était au commencement, celle qui s'est faite chair en Jésus Christ. Il nous faut épouser Jésus Christ. Il nous faut prendre le christ comme notre ami, comme la base de notre existence.

Car lui est en perpétuelle harmonie avec son père. Il a choisi la voie de l'humilité, il a renoncé à son rang, alors que l'homme prend le chemin de l'orgueil. Le christ a fait le choix de l'amour alors que l'homme a fait celui de la puissance qui détruit."

Nous sommes alors invités à une démarche repentir, en contemplant la croix "La croix lieu de la réconciliation, de la paix, de la paix de Dieu avec toute l'humanité, avec toute la création", et en ayant confiance en la miséricorde de Dieu, "cette confiance nous l'avons perdu et l'état actuel de la création est le signe de nos manquements. Mais l'amour et les dons de Dieu sont sans repentance. Dieu attend chacun de nous pour la conversion écologique, et cette conversion commence à genoux en écoutant les paroles du prêtre : "et moi je te pardonne au nom du Père, du Fils, et du Saint Esprit. Amen."

A la fois dans cet esprit de reconnaissance et de repentir, nous nous sommes mis face à Dieu par l'adoration eucharistique pour prendre le temps d'intercéder pour la sauvegarde la création, et pour lui demander de nous aider dans notre chemin de conversion.

L'adoration est méditée avec des textes de l'encyclique Laudato Si où le pape nous interpelle, et nous invite à une authentique conversion écologique.

Nous pouvons reconnaître que nous avons comme d'autres chrétiens "l’habitude de nous moquer des préoccupations pour l’environnement, avec l’excuse du réalisme et du pragmatisme". Ou bien nous sommes "passifs, nous ne nous décidons pas à changer nos habitudes et devenons incohérents". (Laudato Si §217)

Il nous faut demander la grâce d'oser "un style de vie prophétique et contemplatif, capable d'apprécier profondément les choses sans être obsédé par la consommation" et de sortir de "la dynamique de la domination et de la simple accumulation de plaisirs". (Laudato Si §222)

Il nous faut des "cœurs qui se livrent à Jésus sans réserve" (St Therese de l'Enfant Jésus). Pour cela nous prenons pour exemple Marie. Enfin, pour terminer notre veillée nous nous adressons à elle pour "lui demander de nous aider à regarder ce monde avec des yeux plus avisés." (Laudato Si §241)


Archives :




Retour à l'accueil