blason du Carmel2 Croix de Toulouse


JOURNEE D’UN FRERE

6h 30 : oraison

Le matin, bien avant le jour, il se leva, sortit et s'en alla dans un lieu désert, et là il priait. (Mc 1, 35)

Ouvrant leur journée sous le regard du Père, les frères se retrouvent à l’aurore dans l'église pour une heure d’oraison silencieuse. En se disposant à recevoir les « précieux onguents de l’Esprit Saint », tenant compagnie au Bon Jésus, ils coopèrent par leur prière à la diffusion de l’Amour dans le monde car « un petit peu de ce pur Amour, fait plus de bien à l’Eglise que toutes les œuvres réunies » (saint Jean de la Croix).

7h30 : Laudes

Qu'il est bon de rendre grâce au Seigneur, de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut, d'annoncer dès le matin ton amour (Ps 91, 2-3)

A l’oraison mentale succède la prière vocale de la liturgie des heures. Les frères unissent leur prière à celle de l’Eglise pour louer le Père avec le Christ et intercéder avec Lui pour tous les hommes.

Matinée : Travail

La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie; la charte du Seigneur est sûre, qui rend sages les simples. (Ps 8, 8)

La moitié des frères du couvent partent le matin pour l’Institut Catholique. Ils y reçoivent un enseignement philosophique et théologique, complétant ainsi leur formation religieuse qui les prépare à leur ministère de carmes. Traverser les rues de Toulouse est aussi pour eux l’occasion d’égrener quelques chapelets à l’intention de tous ses habitants, et parfois de s’arrêter avec l’un d’entre eux pour témoigner de leur espérance. Les frères profès solennels se livrent à leurs tâches communautaires, à leur l’apostolat (accompagnement spirituel, prédication…) ou restent en cellule pour préparer leur ministère. La cellule demeure le centre de gravité de la vie du carme, car c’est en ce sanctuaire qu’il est appelé par Dieu à méditer la loi du Seigneur jour et nuit.

12h10 : Office des lectures

Cet office remplace celui de Matines, que nos frères d’antan disaient au milieu de la nuit. Composé de trois psaumes, d’une longue lecture biblique et patristique, il est l’occasion pour tous (à l’exception des frères étudiants qui en sont dispensés pendant leur scolarité) de se replonger dans le bain de la Parole.

12h35 : Déjeuner suivi d’une récréation

Heureux les invités au festin de noce de l'Agneau. (Ap 19, 9)

Les frères se retrouvent à la table communautaire pour un repas sobre pris en silence autour d’une lecture spirituelle. Ils y rendent grâces au Père qui prend soin de ses enfants en leur fournissant le pain quotidien. Par leur communion fraternelle et leur charité, ils y anticipent dans la foi et l’espérance le festin des noces de l’Agneau, où Dieu sera tout en tous. Le repas est suivi d’une récréation communautaire pendant laquelle les frères se détendent, discutent de sujets variés (actualités, spiritualité, anecdotes) et surtout exercent la charité fraternelle. L’art de se récréer est l’un des points essentiels que Thérèse d'Avila a voulu inculquer à Jean de la Croix aux aurores de leur réforme du Carmel.

13h45 : Office du milieu du jour

Sept fois chaque jour, je te loue  pour tes justes décisions. (Ps 118, 164)

Avant l’office, nous commençons par un examen de conscience de quelques minutes que nous renouvelons le soir. Il est l’occasion pour chaque frère de relire la demi-journée écoulée et de confier ses fautes à la Miséricorde du Seigneur et de l’Eglise. L’office du milieu du jour, composé seulement de trois psaumes et d’une courte lecture, permet aux frères de se recentrer sur la loi du Seigneur avant d’entamer la fin de leur journée. Un extrait du Psaume 118 qui célèbre la Torah y est constamment chanté en ouverture des deux autres psaumes qui, bien souvent plus graves que les autres, unissent les frères aux suppliques du Crucifié.

Après-midi : Travail

Et quoi que vous puissiez dire ou faire, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus, rendant par lui grâces au Dieu Père! (Col 3, 17)

Les frères étudiants, s’ils n’ont pas de cours à la faculté retournent en cellule pour y travailler intellectuellement ou accomplissent leur divers services conventuels. Les frères profès solennels poursuivent leurs activités.

17h45 : Oraison

"Ainsi, vous n'avez pas eu la force de veiller une heure avec moi! Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation: l'esprit est ardent, mais la chair est faible." (Mt 26, 41)

Pour consoler Jésus et lui tenir compagnie, les frères se retrouvent pour une deuxième heure d’oraison à l'église. Ils lui présentent toutes les personnes rencontrées, les cris de détresse parvenus à leurs oreilles et intercèdent avec Lui auprès du Père pour que son Royaume de Paix vienne enfin sur la Terre et que la Jérusalem céleste descende du Ciel comme une épouse parée pour son Epoux.

18h50 : Messe et vêpres intégrées

Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant: "Prenez, mangez, ceci est mon corps." (Mt 26, 26)

L’eucharistie communautaire constitue le centre et le sommet de la journée des frères. Ils s’y rassemblent avec les fidèles de l'église, ainsi qu’avec toute l’Eglise du Ciel, de la Terre et du Purgatoire pour y offrir au Père le Sacrifice unique de son Fils. Les deux heures d’journee, la rumination de la parole de Dieu et de sa loi, ne sont qu’une longue assimilation de la Parole et du Corps et du Sang du Seigneur offerts pendant la sainte messe. Les frères s’attachent à ne pas perdre (sauf en cas de nécessité) les précieuses minutes de recueillement qui font suite à l’eucharistie.

19h45 : Dîner suivi d’une récréation

Soudain, le Christ m’apparut, et, me sembla-t-il, il rompit mon pain pour le porter à ma bouche, et il me dit : « Mange ma fille, et vis comme tu le pourras (Thérèse d’Avila, Faveurs de Dieu)

C’est en présence du bon Jésus reçu en sa Chair et son Sang, que les frères poursuivent leur action de grâces pendant le dîner pris au réfectoire. Ils s’y associent à la louange de l’Eglise du Ciel par la lecture du martyrologe romain. Le repas plus léger qu’à midi est constitué essentiellement de légumes. Le samedi et le dimanche, il est accompagné d’une musique sacrée ou profane selon les temps liturgiques. A la fin de chaque dîner, nous prions aux intentions de l’Eglise, de la communauté, des frères et de celles qui nous sont recommandées. Une récréation plus courte lui fait suite pendant laquelle les frères partagent les événements de leur journée.

20h45 : Complies

Il s'en alla dans la montagne pour prier, et il passait toute la nuit à prier Dieu. (Lc 6, 12)

L’office des complies fait entrer les frères dans le grand silence de la nuit ouvert par le dernier chant à la Vierge. C’est avec elle qu’ils ont commencé la journée par la récitation de l’Angélus, sous sa protection qu’ils se sont réfugiés le matin, le midi et le soir, et encore avec sa compagnie qu’ils se recueillent aux heures nocturnes. Les frères retournent en cellule, profitant de la sérénité de la nuit pour prier, méditer et se reposer, puis remettent leur esprit dans les mains du Père, en attendant le jour bienheureux où ils seront rassemblés pour l’éternité dans sa Demeure éternelle.




Retour à l'accueil